En vertu de l’article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, il est précisé aux utilisateurs du site internet divas-magazine.com l’identité des différents intervenants dans le cadre de sa réalisation et de son suivi :

Editeur : SAS HPLM- HAPPINESS PROD’ & LUXURY MEDIA Société par actions simplifiée unipersonnelle

Capital social : 1 000 €

Directrice de la publication rédactrice en chef : Lise-Marie Ranner-Luxin

Rédacteur en chef adjoint : Pascal Patrice

Contact : divasmagazine3@gmail.com

Tel : 01 71 73 49 21 – Siège social : 91 rue des Cévennes 75015 Paris

Adresse de la rédaction : 34 avenue des Champs Elysées 75008 Paris

Enregistrements et déclarations

SIREN : 897 799 789 SIRET : 897 799 789 00010 – RCS ou RM : Code NAF : 5814Z 

Numéro TVA Intracommunautaire : FR88897799789

Hébergeur : OVH SAS – 2 rue Kellermann – BP 80157 – 59053 Roubaix Cedex 1 – Téléphone : 1007

Numéro ISSN :  2969-7239     

CPPAP : En cours  

Conception graphique et maintenance : Sune REYT

SARL CLUBCASE
84 BD MICHELET
93130 Noisy-Le-Sec

Contact : sune.reyt@clubcase.fr

Illustrations : Nicholle Kobi 

La marque Divas et son logo sont déposés à l’INPI

Propriété de BANQUE AFRIQUE-AMÉRIQUE GIDEPPE SAS

SAS CAPITAL SOCIAL : 10 000 000 EUROS

Représenté par Blaise Pascal Talla Siège social : GIDP Cameroun BP 240 Bafoussam Cameroun

Conformément au 10° de l’article 1 du décret n° 2009-1340 du 29 octobre 2009, l’éditeur a mis en place les dispositifs appropriés de lutte contre les contenus illicites. Ces dispositifs permettent à toute personne de signaler la présence de tels contenus, et à l’éditeur de les retirer promptement, ou d’en rendre l’accès impossible. Vous pouvez user de droit via le formulaire suivant :

L’ensemble des éléments constituant le site divas-magazine.com (textes, graphismes, logiciels, images, sons, plans, noms, marques, logos, base de données, etc.) relèvent des législations françaises et internationales sur le droit d’auteur et de la propriété intellectuelle. Toute reproduction non autorisée est passible de poursuite pour contrefaçon.